L’optimisation

Référencement naturel : les règles à respecter

4.5/5 - (2 votes)

Le SEO ou référencement naturel est essentiel pour accroître la visibilité de son site dans les résultats de recherche. Il regroupe de nombreuses techniques, mais pour résumer globalement ce qu’il vous faut faire, voici les règles d’or qu’il ne faut surtout pas négliger.

Débuter par un audit SEO

Débuter par un audit SEO

Si vous avez déjà un site, mais que vous avez vraiment du mal à le faire apparaître dans les premières lignes de la première page des SERPs, c’est la première étape indispensable à réaliser.

L’audit SEO consiste à établir l’état actuel du site. C’est comme un bilan de santé qui permet de déterminer ce qui ne va pas, ce qu’il convient d’améliorer et ce qu’il faut arrêter, car totalement inutile.

C’est une évaluation globale des performances en matière de référencement naturel. Elle va vous permettre de :

  • Déterminer les mots-clés sur lesquels vous êtes positionnés
  • Voir si vos pages sont bien indexées ou non
  • Découvrir votre profil de liens
  • Savoir si le SEO technique est bien appliqué
  • Détecter des erreurs 301 ou 404 non résolues
  • Evaluer la qualité de vos contenus …

En gros, l’audit permet de passer au crible toutes les actions SEO entreprises afin d’apporter les bons ajustements qui s’imposent.

Evaluer la qualité de vos contenus

Les contenus SEO sont les points essentiels pour bien référencer un site. Il est donc logique que vous en teniez compte juste après avoir réalisé l’audit, à plus forte raison si des problèmes de contenu ont été détectés. Il est effectivement possible que certains contenus soient :

  • Dupliqués : vous n’êtes pas forcément à l’origine de la duplication, mais il est possible que d’autres sites aient copié (volontairement ou non) une partie ou la totalité de certains de vos contenus. Il faut, dans ce cas-là, réagir très vite pour éviter les pénalités.
  • Obsolètes : il est possible que certaines informations ne soient plus d’actualités. C’est souvent le cas lorsqu’il s’agit de contenus chauds. Dans ce cas-là, il serait parfois plus pertinent de les archiver ou de les mettre à jour si cela est envisageable.
  • Pauvres en informations : il faut le reconnaître, il fut un temps ou le plus important était d’alimenter le site en contenu que de proposer des informations à forte valeur ajoutée. Aujourd’hui, les choses ont beaucoup changé, car la qualité des informations et leur pertinence se retrouvent au cœur même du SEO. Il faudra donc enrichir les contenus trop pauvres en y apportant des informations concrètes et utiles.
  • Pas agréables à lire : longs blocs de texte, absence d’images, beaucoup trop de jargon, phrases trop longues … certains contenus font fuir dès le premier coup d’œil. Si les vôtres répondent à cette description peu enviable, il faut les retravailler et vite !
  • Dépourvus de liens : les liens sont les seuls chemins qui permettent aux robots crawlers de découvrir les pages et d’indexer les contenus. Ils permettent aussi aux lecteurs de naviguer sur votre site et d’obtenir des informations qui complètent leur recherche. Ils sont donc indispensables d’où l’intérêt de bien travailler votre stratégie de netlinking.
  • Trop courts : autrefois, un contenu de 300 mots suffisait. Aujourd’hui, les moteurs de recherche veulent des textes plus longs, plus riches et plus consistants surtout en matière de contenus froids. Il ne faut donc pas hésiter à aller au-delà de 1 200 mots, voire atteindre les 2 000 mots lorsqu’il y a beaucoup de données.
  • Bourrés de fautes : même si vos contenus sont bons, nul ne les prendra au sérieux s’ils sont bourrés de fautes de grammaire et d’orthographe. Par conséquent, avant de rédiger un article, assurez-vous de bien maîtriser la langue de rédaction. Quelques fautes sont tolérables (on est humain après tout), mais elles doivent être légères et peu nombreuses. Voilà pourquoi on met à la disposition des rédacteurs des outils de correction.

Enfin, pour chaque contenu, demandez-vous s’il est utile à vos lecteurs, car il est garant de l’expérience utilisateur. Notez aussi que les algorithmes et robots de Google utilisent désormais l’intelligence artificielle ce qui leur donne la capacité de comprendre ce que vous écrivez. La pertinence doit alors être présente dans chaque mot et dans chaque phrase.

Lire aussi – Blog : les techniques SEO imparables pour attirer les internautes

Revoir les mots-clés utilisés

Revoir les mots-clés utilisés

C’est grâce aux mots-clés que les algorithmes classifient et affichent les résultats de recherche. Si vous n’en utilisez pas, vous n’avez aucune chance d’apparaître dans les SERPs.

Il faut donc revoir sur quels termes vous êtes positionnés et déterminez s’ils sont bons. Le but c’est de faire en sorte que les expressions correspondent le plus possible à l’intention de recherche des internautes, mais pas seulement. Elles doivent également être cohérentes, insérées naturellement et au niveau des « hot zones » (titres, balises title et meta, balises Hn, attribut alt …) et étalées, ici et là, à travers le contenu.

Attention, même si l’ensemble de l’article doit être riche en mots-clés, il faut quand même bien les doser pour éviter le keyword stuffing (bourrage de mots-clés). Idéalement, la densité des mots-clés idéale serait de 1 à 2 % pour un paragraphe de 100 mots et encore, il faut les varier.

Sachez que chaque page du site doit avoir un mot-clé principal qui sera également le terme principal du contenu. Mais autour de cette expression clé, il faut faire graviter quelques mots-clés secondaires et de longue traîne pour bien contextualiser le sujet. D’ailleurs, si le mot-clé principal doit apparaître dans le titre H1, vous pouvez utiliser des expressions secondaires complémentaires dans les H2, H3 … De même, si vous utilisez le principal dans le titre SEO, utilisez un secondaire dans la meta description.

L’ensemble de tous ces termes doit être cohérent et pertinent pour optimiser le contenu.

Lire aussi – Un article blog à rédiger : les erreurs à éviter

Retravailler son netlinking

Comme on l’a déjà souligné plus haut, le netlinking facilite l’indexation des pages et la navigation des internautes sur votre site. Cette stratégie se compose toutefois de deux volets :

  • le netlinking interne qui consiste à lier les pages d’un même site entre elles et facilite ainsi la nagivation des internautes sur le site. Cela augmente aussi la durée de session par la même occasion.
  • Le netlinking externe qui consiste à lier les pages d’un site avec les pages d’un autre site. D’une part, il y a les liens externes que vous émettez vers d’autres sites. Ces derniers permettent de compléter les informations fournies à vos lecteurs. D’autre part, il y a ceux que d’autres sites dirigent vers vous. Ce sont les backlinks. Ce sont les liens les plus importants, car en pointant vers vous, ces sites redirigent leurs lecteurs vers votre site. Vous en faites de même lorsque vous pointez vers eux.

A part faciliter la navigation et l’indexation, un maillage (liens internes et liens externes) bien travaillé permet d’augmenter le trafic, de créer une structure en silos et instaurer des univers sémantiques et d’augmenter la durée de session des internautes.

Attention toutefois, qu’ils soient internes ou externes, les liens doivent être de qualité, naturels et pertinents. Pensez également à bien choisir vos ancres.

En savoir plus sur le netlinking

Publier régulièrement

Ces dernières années, Google tient à proposer des résultats frais à ses utilisateurs. Voilà pourquoi il faut constamment proposer de nouveaux contenus et mettre à jour ceux qui ont besoin d’être rafraîchis. En gros, il faut bien élaborer sa ligne éditoriale pour rendre le site actif.

Le fait de publier régulièrement est aussi une manière de fidéliser et d’habituer vos lecteurs à des publications régulières. Ainsi, ils savent quand ils doivent se rendre sur votre site et ne rateront aucune de vos posts.

Enfin, n’oubliez pas que plus vous publiez, plus vous rendez votre site actif et donc mieux visible. C’est le seul moyen pour gagner en autorité sur le long terme et de vous positionner en tant qu’expert dans votre domaine.

Référencer les images

Référencer les images

Quand vous optimisez vos contenus, sachez que vous devez aussi référencer vos images. La raison est que lorsqu’une personne lance une recherche dans Google Image, les visuels insérés dans vos articles vont y apparaître. En cliquant dessus, elle va directement atterrir dans ledit contenu donc cela va générer du trafic supplémentaire.

Tout comme les contenus, ces images ne vont jamais apparaître dans les résultats de Google Image si elles ne sont pas référencées et positionnées sur un mot-clé précis. Il faut donc faire attention à :

  • Les renommer : cela permettra aux robots crawlers d’identifier ce qu’il y a dessus. Evitez les caractères spéciaux dans le nom des images.
  • Remplir le texte alternatif ou balise alt : il permet de positionner la photo sur les mots-clés.
  • Poids de l’image : il ne faut pas qu’elles soient trop lourdes au risque de ralentir la vitesse de chargement des pages.

Enfin, assurez-vous que les images que vous téléchargez depuis le web soient libres de droit ou que vous ayez eu l’autorisation des auteurs auparavant.

A lire – Content marketing : comment améliorer sa stratégie ?

Revoir le SEO technique

Le volet technique est un point essentiel en référencement naturel. Il complète le SEO On et Off page. Il se compose de trois points majeurs à savoir :

  • La vitesse de chargement des pages : une page trop lente à s’afficher fait fuir les internautes et est pénalisée par les moteurs de recherche. Voilà pourquoi il faut bannir tout ce qui peut l’alourdir comme les images ou les vidéos trop volumineuses.
  • L’indexation mobile : depuis quelques années, Google privilégie l’indexation mobile. Cela permet aux sites de s’afficher entièrement sur les petits écrans des smartphones et d’augmenter la vitesse de chargement.
  • L’affichage sécurisé en mode HTTPS : un site HTTPS signifie que les données personnelles des internautes sont mieux sécurisées. C’est un indicateur de confiance important aux yeux du public.

En savoir plus sur le SEO technique

Donner un coup de pouce aux robots crawlers

Pour que votre site figure dans l’index Google, il faut que les spiders le crawlent. S’ils le jugent assez intéressant pour figurer dans ses résultats, ils vont l’indexer.

Ce qu’il faut comprendre toutefois c’est que ces robots sont très occupés vu les milliards de pages qu’ils ont à crawler et les nouvelles qui ne cessent d’affluer. Pour une indexation rapide, il est donc conseillé de leur envoyer les bons signaux. Cela facilite leur travail.

Pour ce faire, pensez par exemple à utiliser le fichier robots.txt. Lorsque ce dernier est placé à la racine du site, il indique aux spiders quelles pages du site ils doivent indexer ou non, car il y a effectivement des pages à ne pas crawler comme les CGV ou la page contact. Cela leur permet de mieux se focaliser sur les contenus destinés au grand public.

De même, résolvez rapidement vos problèmes de duplication de contenus, car crawler deux fois le même contenu lui donne un double travail. N’oubliez pas que chaque fois que les robots fonctionnent, cela gaspille de l’énergie et ne cadre pas vraiment aux exigences de l’écologie numérique.

Penser au référencement local

Le référencement local ne doit jamais être négligé, car vous permet d’augmenter vos chiffres d’affaires dans votre zone d’implantation. Il faut comprendre que lorsqu’un internaute recherche un restaurant sur le net, c’est parce qu’il a faim et que donc (la logique le souhaite), les résultats doivent afficher des résultats dans sa région et non pas à l’autre bout du monde (sauf mention spécifique de sa part).

Pour ce faire, utilisez, par exemple, des mots-clés de longue traîne composés d’une précision géographique. La grande majorité des mobinautes s’attendent généralement à des résultats locaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.